Réflexologie Générale et diabète

Réflexologie générale et diabète

Les différentes formes de diabète

Le diabète sucré est une affection métabolique caractérisée par une hyperglycémie chronique (taux de glucose dans le sang trop élevé) liée à une déficience soit de la sécrétion de l’insuline, soit de l’action de l’insuline, soit des deux. Il existe différents types de diabète.

Le diabète de type 2 est la forme la plus fréquente du diabète. Il est caractérisé par une résistance à l’insuline et une carence relative de sécrétion d’insuline, l’une ou l’autre de ces deux caractéristiques pouvant dominer à un degré variable. Cette forme de diabète survient essentiellement chez les adultes d’âge mûr mais peut également survenir à un âge plus jeune, voire même pendant l’adolescence.

Le diabète de type 1, beaucoup moins fréquent, est principalement causé par la destruction des cellules bêta du pancréas, d’où l’incapacité de la personne atteinte à sécréter de l’insuline. Pour cette raison, les injections d’insuline sont vitales chez ces personnes. Cette forme de diabète survient essentiellement chez les enfants et les jeunes adultes.

Le diabète gestationnel correspond à une intolérance au glucose chez les femmes enceintes. Ce type de diabète débute et est diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse.

En l’espace de 35 ans, le nombre de diabétiques a doublé. Près de 8,5% de la population mondiale est touchée, dont 3,5 millions de Français.

Première cause de cécité au monde, risque accru d’accidents cardiovasculaires (d’un facteur 3 à 5 pour l’infarctus), à l’origine d’insuffisances rénales et d’amputations dues à une diminution du débit sanguin et d’ulcères des pieds… Le diabète est une maladie très grave. En 2015, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) lui imputait 5 millions de décès, diabète de type 1 (ou insulinodépendant, caractérisé par la destruction des cellules bêta du pancréas) et de type 2 (maladie métabolique) confondus.

Le diabète de type 2 est dangereux par ses complications. Celles-ci sont la conséquence de concentrations sanguines de sucre durablement trop élevées.

Lorsqu’elle persiste plusieurs années, une concentration élevée de sucre dans le sang provoque une atteinte à la fois des petits vaisseaux sanguins (atteinte dite microvasculaire), et des artères principales (atteinte dite macrovasculaire).

L’atteinte des petits vaisseaux se traduit au niveau des yeux, plus particulièrement de la rétine et du cristallin. Elle touche également les reins ce qui peut entraîner une insuffisance rénale : le diabète est la cause principale de mise sous dialyse (« rein artificiel »). L’atteinte des petits vaisseaux provoque également des lésions des nerfs des pieds et des jambes, ce qui se traduit par une perte de sensibilité et des sensations douloureuses ou de fourmillement. La cicatrisation des plaies et des blessures est ralentie et la peau se défend moins efficacement contre les infections. Les infections de la bouche (gingivites et parodontites) sont plus fréquentes.

L’atteinte des artères principales se traduit par leur rétrécissement et peut entraîner un infarctus, un accident vasculaire cérébral ou une mauvaise circulation dans les artères des jambes (artérite).

De plus, une concentration élevée de sucre dans le sang peut provoquer une intoxication au glucose, qui endommage le pancréas et réduit sa capacité à produire de l’insuline. Ce phénomène aggrave le diabète et amorce un cercle vicieux.

Si la concentration de sucre dans le sang devient très élevée, et plus particulièrement en présence d’autres facteurs tels qu’une infection, les patients atteints de diabète de type 2 peuvent présenter des épisodes de confusion et d’étourdissements, voire un coma (coma hyperosmolaire).

Comment diagnostique-t-on le diabète de type 2 ?

Pour diagnostiquer un diabète non insulinodépendant, le médecin prescrit des analyses de sang. Le diagnostic se fait sur deux mesures du taux sanguin de sucre à jeun qui doivent être toutes deux supérieures à 1,26 g/l (7 mmol/l). Lorsqu’un diabète est diagnostiqué, le médecin adresse son patient à un ophtalmologiste pour un dépistage d’éventuelles atteintes des vaisseaux sanguins de la rétine, d’un glaucome ou d’un début de cataracte, plus fréquents chez les personnes diabétiques.

Le dépistage généralisé du diabète ne se pratique pas, même si des associations de diabétiques ont tenté quelquefois de proposer des campagnes de diagnostic dans les pharmacies. En cas d’antécédents de diabète dans votre famille, votre médecin vous proposera de faire contrôler régulièrement votre taux de sucre dans le sang. Un dépistage précoce permet de réduire considérablement les risques de complication.

En cas de diabète en réflexologie générale on va insister sur la technique d’acupression dans les protocoles, c’est une technique très efficace pour le diabète, car elle aide à contrôler le niveau de sucre dans le sang. Les autres utilités de la réflexologie sont :

  1. Un meilleur fonctionnement du rein
  2. L’amélioration de la circulation sanguine
  3. Détendre le corps du stress et de la fatigue de la journée
  4. Réduction de la douleur (douleurs articulaires, calculs rénaux, douleur de la poitrine, etc.).
  5. Contrôle du niveau de sucre dans le sang

Diabète et  techniques en réflexologie générale

Avant une prise en charge d’une personne diabétique un bilan réflexologique est nécessaire, en cas de dégradation ou de complication surtout en diabète de type 2, la réflexologie deviens déconseillée.

Les techniques
  • Technique d’acupression en réflexologie articulaire des genoux et des pouces
  • Techniques d’acupression  en réflexologie plantaire sur  sous l’hallux. 
  • Technique d’acupression articulaire l’arrière du genou.

Evidement les techniques doivent être effectuées après un bilan réflexologique complet car la réflexologie fait baisser le taux de glucose dans le sang. 

Une formation d’accompagnement  en cas de maladies chroniques est nécessaire pour ce genre de prise en charge, elle est intégrée au cursus du réflexologue généraliste. 

Article publié par Marco Ontc (Réflexologue Généraliste)